Dans ce blog, nous parlerons de l'épidémie de chikungunya à La Réunion, de la gestion de cette crise, de l'utilisation des répulsifs et de la coopération médicale entre la France et les Comores

18.5.06

Le virus Chikungunya dans l'histoire

Le virus du chik dans le monde et dans le passé



Deux zones sont régulièrement touchées par des cas ou des épidémies de chikungunya depuis au moins 50 ans: l'Asie du Sud et du Sud Est et l’Afrique.


CHIK en Asie:

Le virus du chik est endémique et relativement commun en Asie, il est connu depuis 1955 et touche les zones rurales et /ou urbaines ( Madras, Bangkok).

Il peut s’agir de cas sporadique ou d’épidémies de dizaine, centaine voir milliers de cas (en saison des pluies).


Inde : Fréquent, exemple en 1964 à Madras ou 400 000 cas ont été rapporté ( LSZ Blog)
Philippines : 1954, 1956, 1968
Indonésie: 1982 à 1985, 2003 ( 9000 cas)
Malaisie: 1999, 2003
Thaïlande : 1956 à 1964, 1995, 1998
Cam bodge, Myanmar ( ex-Birmanie), Sri lanka, Vietnam.



CHIK en Afrique:

Des épidémies historiques de polyarthrite sont rapportées dans la littérature. Elles auraient touchées des milliers de gens comme à Zanzibar en 1870. Ces épidémies ont été attribuées à posteriori au virus du chikungunya.

Toute l'Afrique Sub-saharienne a déjà été touchée par de petites épidémies. Des anti-corps anti- chik sont également régulièrement trouvé lors des études de sang sérologiques effectuées lors de différentes études prouvant une infection passée et un passage du virus dans la zone.


Ouganda : 1952- 1953, épidémie rurale extensive au cours de laquelle le virus a été isolé et identifié.
Burundi : 1980-1982
Cote d'Ivoire: 1999 - 2002
Sénégal: 1966- 1982- 1996 - 1997
Congo et RDC : ( ex Zaïre) 1999 2000
Kenya : 2004
Tanzanie : 1953, 2004
Comores : 2005
Nigeria, Burkina Faso, Afrique du sud, Ghana, Zimbabwe, Cameroun


Cette liste de pays et de dates est loin d'être exhaustive. Mais les faibles recours aux analyses de sang
et le très faible nombre de chercheurs, infirmiers, médecins, entomologistes et experts de santé publique dans ces pays pauvres expliquent que probablement la majorités des cas et épidémies de chikungunya n'ai pas été répertoriée. De plus, le chik est relativement bénin par rapport au paludisme, aux dengues et autres arboviroses plus mortels , n’a jamais été une priorité de santé publique.

Le virus circule depuis très longtemps d'un homme à moustiques, d’un moustiques à un homme en passant parfois par d'autres mammifères et cela dans les 2 continents qui entourent la Réunion.

Il est même étonnant que l'Océan Indien n'ai pas été "infecté" plus tôt par le virus du chikungunya.


De nombreux articles signalent l'extension de nombreuses es épidémies depuis 50 ans. Cela est une des conséquences de la mondialisation avec ses nombreux déplacements: commerciaux, touristiques, professionelles ou migratoires.


Dr Philippe Girard

0 Comments:

Objavi komentar

<< Home