Dans ce blog, nous parlerons de l'épidémie de chikungunya à La Réunion, de la gestion de cette crise, de l'utilisation des répulsifs et de la coopération médicale entre la France et les Comores

21.4.06

chik: l' Exemple de l'Inde et de Maurice

A la Réunion, nous devrions nous inspirer de ce que font les indiens sur le plan de la prévention de l'extension de chik. L'extrait de presse ci après donne un exemple de lutte communautaire ou citoyenne stimulée .

La campagne de communication organisé à Maurice et à la quelle participe l'association de Oté Maramaille de St André ( qui a fait don d' 1 titre du CD audio Pédagochik qui sorti à la Réunion le 3 mai 2006) est également exemplaire. La particpation citoyenne de la société de comm mauricienne est également à signaler.


En Inde, l'utilisation des femmes en portes à portes est intéressante, tout comme l'idée de l'opération de "jour sec" ou journée nationale contre les nids à moustiques.

Un telle journée d'action est en préparation par des associations de la Réunion et de Métropole pour le dimanche 25 juin 2006. Tous nos représentants institutionnels sont cordialement invités.

a suivre...

INDE

Épidémie de chikungunya en Inde 21 avril 2006 le Journal de l'Ile

" En Inde, une épidémie de chikungunya sévit actuellement dans les États de l’Andra Pradesh, de l’Orissa, du Maharashtra et du Karnataka. Selon le Times of India, l’épidémie semble décliner (le nombre de nouveaux cas déclarés est tombé de 1 600 à 700 par semaine) mais les autorités restent prudentes. Ainsi, elles ont lancé une opération “jour sec” samedi dernier dans la région du Marathwada (nord-ouest) afin de limiter la prolifération des moustiques en vidant tous les récipients pouvant contenir de l’eau stagnante. Des femmes indiennes ont été recrutées pour l’occasion. Chargées de se rendre dans toutes les habitations afin d’encourager la population à répéter ce geste de lutte anti-vectorielle (LAV), elles sont rémunérées une roupie par maison visitée. Rappelons qu’un euro = 55 roupies ou qu’une roupie = 0,018 euro. Autrement dit, la Drass locale, risque d’être plus productive que chez nous... "


MAURICE


L’agence Cread mobilisée contre le chikungunya 16.04.2006 l'Express du dimanche

" L ’Agence Cread, en collaboration avec le ministère de la Santé, a mis au point une campagne radio et télé, visant à conscientiser l’opinion publique sur l’évacuation d’eau stagnante dans leurs cours, source principale de la prolifération des moustiques vecteurs du chikungunya. Une chanson, calquée sur l’air de Tora, Tora, Tora, reprise par Stéphane Gébert, pour les besoins de la campagne, fait un tabac sur toutes les radios du pays. Dans quelques jours, une campagne d’affichage fera suite aux spots radio et télé. Le geste mérite d’être salué. L’Agence Cread a gratuitement mis ses compétences au service de la société. « Cela a toujours fait partie de la culture de l’agence d’aider à la prise de conscience dans des cas où la population, dans son ensemble, est concernée, » explique Poobhalen Pyneeandee, directeur général de l’agence. Vino Sookloll, le directeur de l’agence, Fayaaz Lalmahomed, directeur créatif et Kreshen Maurimoothoo, directeur artistique, ont mis au point une campagne de sensibilisation, s’articulant autour de la nécessité d’évacuer l’eau stagnante dans toutes les cours du pays. « Il fallait trouver un élément clé qui conprendrait l’essentiel du message. Avec les cadres du ministère qui nous ont épaulés, nous avons mis au point et développé cette campagne sur la nécessité d’évacuer toutes formes d’eau stagnante, » précise Poobhalen Pyneeandee. « Ki dan bassin, ki dan lamok, ki lor feyaz, ki lor lakaz, na pa donn li létem ponne so dizef, » dit la chanson. Résultat : une campagne efficace, qui sonne juste et qui aboutit à cette conclusion « Pas ene ti moustik koumsa ki pou fer nou per! » Au niveau du ministère, la campagne orchestrée par Cread leur a donné un sérieux coup de pouce. Tous les moyens de communication ont été utilisés, pour conscientiser l’opinion publique sur le chikungunya. Un budget de 50 millions de roupies, a déjà été utilisé, pour orchestrer les différentes campagnes. La dernière étape, après le service audiotex, le site internet, les brochures, les posters, les encarts dans la presse, entre autres, s’articulera autour des billboards.
-->Martine LUCHMUN "

voi aussi Mauric et une Campagne de promotion en France


Ph.G

0 Comments:

Objavi komentar

<< Home