Dans ce blog, nous parlerons de l'épidémie de chikungunya à La Réunion, de la gestion de cette crise, de l'utilisation des répulsifs et de la coopération médicale entre la France et les Comores

9.3.06

Législation des répulsifs . Appel à un importateur ou industriel

Les répulsifs ou insectifuges

Les crèmes, laits, lotions anti-insectes côtoient les produits solaires sur les rayons des pharmacies, des stations services ou des supermarchés. Leur nombre et leur diversité augmentent au fur et à mesure que leur disponibilité diminue !

Leurs notices ne sont pas toujours très informatives. Les fabriquants, pour un même agent actif et à la même concentration, n'annonce pas la même durée d'action du répulsif, pas la même restriction d'âge et pas la même restriction concernant la femme enceinte.

Le DEET est déconseillé avant 12 ans par la DRASS mais le spray OFF et VENDOME, qui en contiennent, ne font pas la même restriction sur leurs notices.


Legislation


Pourquoi un tel flou dans le milieu des répulsifs ? Tout simplement car ils sont dans la même catégorie juridique que les amincissants ou la crème Nivéa !



Les répulsifs relèvent en France de la législation sur les cosmétiques et d'hygiène corporelle, législation qui n'est pas très contraignante. Il n'est officiellement demandé aucune preuve d'efficacité, les seuls essais de tolérance obligatoires sont à effectuer chez l'animal. Heureusement quelques études non obligatoires ont été effectuées chez l’homme.

Un cosmétique est normalement un produit qui reste sur la peau et ne rentre pas dans l'organisme. Etonnant, quand on sait qu'une partie de ces répulsifs se retrouve dans nos urines!

Un récent article de la presse scientifique fait état d'un doute sur le rapport entre des leucémie et les répulsifs.


Histoire


Des essences végétale volatiles ont longtemps été utilisées comme répulsifs comme la lavande, la verveine, le géranium. La citronelle s'est imposée comme la plus efficace.

Cependant, devant la faible durée d'action, d'importantes recherches ont été réalisées. La recherche a été souvent financée par les militaires qui voulaient protéger leurs soldats sous les cieux tropicaux. La guerre du Vietnam en particulier a permis de tester ces produits en conditions tropicales sur des durées assez longues.

Plus de 10 000 produits ont été testés en tout, cela depuis plus de 80 ans et moins d'une dizaine est maintenant commercialisée.

Le DEET représente 90% des répulsifs vendus dans le monde. 2/3 des Américains l'utiliseraient chaque année et 200 à 300 millions de personnes s'en appliqueraient chaque année (source fabriquant).


Ces produits, au prix très disparate à La Réunion, coûte 0,90 Euros le flacon en Indonésie. En Chine, le prix en gros est encore plus intéressant. Le DEET pourrait être reconditionné en lotion ici , à La Réunion et vendu avec conseils de pharmacie et pourquoi pas prescription médicale.

Si un industriel est partant, on peut lui donner des contacts en Asie.



Source : Revue citoyenne et médicale : PRESCRIRE 1994

0 Comments:

Objavi komentar

<< Home