Dans ce blog, nous parlerons de l'épidémie de chikungunya à La Réunion, de la gestion de cette crise, de l'utilisation des répulsifs et de la coopération médicale entre la France et les Comores

28.2.06

Répulsifs. On manque d'informations

Répulsifs. On manque d’informations

Dr Philippe Girard sur chikungunya.re

La pagaille réunionnaise



Il faut savoir qu’entre les supermarchés, les stations services et les pharmacies, une quinzaine de marques existent qui ont chacune 3 à 6 formulations différentes, soit plus de 80 produits existants.


Jusqu’à présent, que nous ont dit et conseillé les autorités sanitaires sur ces produits ?

Rien sur les risques et pas grand chose sur les choix !


Concernant les choix :

On trouve sur internet une liste faite par le ministère de la santé de 46 produits vendus en pharmacie et de leurs compositions. Assez complète mais compliquée, elle ne peut être utlisée par le grand public.

http://www.sante.gouv.fr/htm/pointsur/zoonose/chikungunya_tableau.pdf



La DRASS a diffusé aux pharmaciens une note en ? janvier 2006 ? intitulée :
Recommandations du groupe de travail DGS ( Direction Générale de la Santé- Paris) concernant les insectifuges. Cette liste a été assez peu diffusée chez les médecins et le grand public, les crèches l’ont reçue.

Cette note a été faite il y a quelques mois et donc n’a probablement pas intégré les dernières données sur la mortalité de la chikungunya.


Elle est consultable sur différents sites internet :

Site du réseau Périnat : http://www.perinat-reunion.org/repulsif-chik.pdf
FAQ 34 et 35 de Chikungunya.net : http://chikungunya.net/faq/faqchikungunya.htm



Cette liste "officielle" comporte 5 produits.


- Avant 2 ans, le MOSI-GUARD est le seul produit recommandé. Il s’agit d’un extrait d’une variété d’eucalyptus à l’odeur citronnée. Selon les études , il est assez efficace et inoffensif. Mais un seul laboratoire le commercialise et le Mosi-guard a été rapidement en rupture de stock.

- Chez les enfants de 3 ans à 12 ans et chez la femme enceinte, les produits à base de KBR3023 (non agrée au Canada) et l’IR3535 sont conseillés alors qu’aucune étude de risques à moyen terme n’ont été faites chez l’homme et que le recul sur leur utlisation est faible.

- Le DEET , qui est le produit de référence contre l’Aedes, est déconseillé chez l’enfant et la femme enceinte à La Réunion alors que les dernières études nord-américaines et de l’OMS viennent d’établir son inocuité chez ces personnes (si utilisé à la concentration conseillée).

Par contre, ce produit mal utilisé peut être dangereux, notamment s’il est appliqué en cas d’éruptions ou de prurit ( gratelle ) de CHIK.

Il peut également donner des éruptions de phlyctène ( bulles) et d’urticaire tout comme le chikungunya.

Les risques d’ingestion accidentelle sont à craindre et devraient être prévenus par les pharmaciens ou caissiers de station service.

Le DEET ( ou diéthyltoluamide) est le composant du OFF et des répulsifs du Laboratoire Vendôme.

La mission d’appui Chikungunya qui a eu lieu en janvier 2006 a demandé dans la conclusion de son rapport p.54 que les recommandations sur les répulsifs soit modifiées en s’inspirant de l’expérience canadienne. L’IRD (Institut de Recherche et développement et ex ORSTOM) est chargé de ce travail.

0 Comments:

Objavi komentar

<< Home