Dans ce blog, nous parlerons de l'épidémie de chikungunya à La Réunion, de la gestion de cette crise, de l'utilisation des répulsifs et de la coopération médicale entre la France et les Comores

28.2.06

Expérience familiale de la CHIK

Mon fils de 3 ans et demi va mieux.

La fièvre à 40°, les grelottements et les sueurs ont disparu aussi vite qu'ils sont venus. Ca a duré 2 jours. Quelques boutons sont sortis , un peu comme la rougeole, il avait les oreilles rouges et gonflées.
Ce matin , tout a disparu mais sont apparues quelques plaques dans les plis qui le grattent. Ca ressemble à de l'eczema qu'il n'a jamais eu auparavant. Il a gardé l'appétit et n'a eu qu'un petit aphte dans la bouche. Il s'est brièvement plaint d'un genou mais sans boîter.

C'est fou comme le paracetamol est efficace. Ca le ressuscitait en 15 mn. Par contre, l'effet ne durait pas plus de 5H. Une fois, j'ai dû lui donner de l'Ibuprofène.

Il est un peu groggy : sieste de 4 H , nuit de 13 H.

Il n'ira pas à l'école cette semaine. Il peut être dangereux - "contagieux" pour son entrourage.

La sous directrice de l'école maternelle me dit qu'elle reçoit encore des enfants qui viennent de faire une courte CHIK. C'est bien dommage qu'il n'y ait pas encore d'éviction scolaire.

La directrice de la crèche de ma petite fille m'a dit la même chose, mais a priori la crèche est mieux protégée que l'école des moustiques et l'application du répulsif après la sieste assez rigoureuse.

Chaque parent a amené son produit. Certains ont du DEET , d'autres des huiles essentielles. La variété est surprenante.

Avec tout ça, ma femme, enceinte, a fait un coup de panique et voulait quitter La Réunion.

Finalement, on reste!

Comme tout le monde, on cherche l'origine de la piqûre infectante. On pense que l'on fait bien à la maison. Alors : Ecole? probable. Balade au port de Ste Marie à 17 H après les 2 jours de déluge ?

1 Comments:

Anonymous Anonimno said...

Je travaille dans un lycée et plusieurs collègues et élèves ont eu le chik et reviennent, quelques jours après, certains un peu fatigués et avec douleurs, d'autres disent que c'était supportable. En ces temps de morosité, peut-être faudrait-il aussi que les gens pour qui ça n'a pas été "trop dur" témoignent pour redonner le moral à ceux qui attendent leur tour (malgré toutes les précautions). Malgré sa gravité extrême dans certains cas, le chik ne "casse" pas toujours.Gardons le moral

9/3/06 14:23

 

Objavi komentar

<< Home